Sculpture de Lui, Sculpture de Vie


C'est à l'occasion d'un atelier d'écriture organisé par "Vagues de mots" que ces textes ont été écrits.

Bonne lecture !

 

Les Pensées de la Sculpture

Que se passe-t'il lorsque l'on donne la parole à la sculpture plutôt qu'au sculpteur ? Qu'a t-elle à nous dire ?...

 

La Statue naît à la vie

Un instant, la statue prend vie, et nous raconte...


Pensées de la sculpture


Racine de vie


Mon dieu ! Quelle fatigue de rester les bras en l’air tout le temps !   Racine de vie, racine de vie… ! Il n’était pas obligé de les  dresser vers le ciel comme des branches.  J’ai l’air d’un arbre. Le côté « racine » me suffisait.

Bon question formes, mes fesses sont juste dodues. Mais il a un peu oublié de dessiner ma poitrine. En plus, je sais que d’habitude il les sculpte généreuses. J’en suis d’autant plus vexée quand je vois les autres statues se pavaner, pointes en avant sans aucun complexe. Je sais que de dresser les bras, cela raffermit les seins encore faut-il en avoir !

Heureusement je ne sens pas les chatouillis quand un passant joueur me frôle les aisselles. Bon allez ! Il faut que j’arrête de me plaindre, il aurait pu oublier les bras.

 

PS : pensée furtive : Je sais que j’en ai mais je ne les ai jamais vus.


Texte écrit par Marilys



La statue nait à la vie


Tout à coup mes pieds, si contenus, presque entremêlés, sentent une sève coulée en eux comme une racine de vie. La terre se met à me nourrir, réveillant tous mes sens. Agités par le soubresaut de l’énergie terrestre, mes bras tendus, endoloris, tombent le long de mon corps.

Enfin ! Enfin, je peux les voir, les serrer contre moi, les regarder bouger dans tous les sens. Ils sont longs, élégants. Je les aime enfin ceux qui m’ont tant fait souffrir. Je desserre mes pieds, tente d’avancer. Quelques pas mesurés. Les bras trouvent alors tout leur sens. Equilibrer, m’empêcher de tomber dans cette marche hésitante.

Moi si raide, si droite hier, je découvre les courbes. Mon corps danse, se plie, se déploie. Mes bras à l’horizontal deviennent alors des ailes, des voiles pour m’aider à voler. Et là enfin, je choisis de les dresser vers le ciel pour faire une pirouette qui me donne le tournis.



Texte écrit par Marilys



Plus de découvertes ?